Des jonquilles pour lutter contre le cancer


© www.bulb.com



Par Marie-Fleurette Beaudoin

Qui ne connait pas un proche, une amie ou un collègue qui se bat contre le cancer? La jonquille, en réalité un narcisse (Narcissus pseudonarcissus), est depuis plus de 50 ans le symbole de l'espoir de ces gens. L'arrivée du printemps voit aussi le début de l'importante campagne de financement de la Société canadienne du cancer.

Originaire des pays de la Méditerranée, les narcisses sont des plantes bulbeuses, à feuilles basales et à tiges creuses, portant une ou plusieurs fleurs. Ils appartiennent à la famille des Amaryllidacées, comme les magnifiques amaryllis aux énormes fleurs. Il en existe plusieurs espèces et quelques centaines de variétés horticoles. Leur floraison est hâtive et les fleurs sont généralement jaunes. Au printemps, ils sont les premiers à fleurir et à ensoleiller les jardins. Attention: toutes leurs parties sont toxiques. D’ailleurs, les écureuils n’y touchent pas. Les jonquilles, elles, sont habituellement blanches au coeur jaune ou orange, selon les espèces et sont des plus parfumées.

Le nom des narcisses vient de la mythologie grecque. On raconte que Narcisse, un beau jeune homme orgueilleux, ne s’intéressait qu'à sa seule personne et repoussait les avances de toutes les jeunes filles. Némésis, la déesse grecque de la Vengeance, voulut le punir de sa trop grande vanité. Un jour qu’il contemplait son reflet dans une source d’eau, il resta piégé devant son image jusqu’à sa mort. À l'endroit où il mourut, son sang fit pousser la fleur haute et courbée qui porta son nom. La jonquille, elle, doit son nom à la ressemblance de ses feuilles à celles du jonc.


Une fleur pour la vie

Les Jours de la jonquille ont été institués par la Société canadienne du cancer dans les années 1950, dans le but de recueillir des fonds pour lutter contre cette terrible maladie. Plus de 13 millions de fleurs sont produites annuellement par des horticulteurs de la Colombie-Britannique pour combler les besoins de la Société canadienne du cancer pendant cette importante compagne de levée de fonds à travers tout le Canada. Ce qui fait de la SCC le plus important acheteur de jonquilles au monde. Les fleurs sont acheminées par train et c’est le Canadien Pacifique qui assure le transport. Habituellement, un wagon entier est réservé pour le transport des jonquilles, de Victoria à Montréal.

Au Québec, plus de 12 000 bénévoles vendent les fleurs. Certains d’entre eux, très motivés contre la lutte au cancer participent depuis 30, 40 et même 45 ans à la campagne de la SCC. On trouve 2600 points de vente répartis partout dans la province: centres commerciaux, institutions bancaires, marchés d’alimentation, édifices à bureaux, pharmacies et même dans plusieurs entreprises.

La jonquille est devenue le symbole du printemps et de l'espoir pour des milliers de personnes dans leur lutte contre la maladie. Le mois d’avril est traditionnellement le Mois de la lutte contre le cancer. Cette année, dans le cadre de ses activités annuelles du Mois de la jonquille, la SCC intensifie la lutte contre le cancer en consacrant le 27 avril au Jour de la jonquille.


Pour savoir comment devenir bénévole ou savoir où en acheter près de chez vous, communiquez avec un bureau local de la Société canadienne du cancer .

Joyeuses Pâques à tous!



Σχόλια